Anthropologie du corps, des sciences et des techniques, des arts et de la mémoire

jeudi 4 juin 2020

Concevoir des machines anthropomorphes



*

Becker Joffrey, « Concevoir des machines anthropomorphes. Ethnographie des pratiques de conception en robotique sociale », Réseaux, 2020/2 (N° 220-221), p. 223-251

Résumé : À partir de deux cas extraits de l’ethnographie, cet article propose d’étudier comment s’articulent les approches théoriques et les techniques mobilisées en robotique pour concevoir des interfaces relationnelles. En revenant sur l’intérêt des roboticiens pour la biologie et le théâtre, l’article questionne la façon dont ces derniers s’y prennent pour tenter de faciliter les relations que nous pouvons avoir avec leurs objets. Il porte plus particulièrement l’attention sur les opérations de transfert par lesquelles les chercheurs en robotique intègrent des comportements à leurs robots afin d’apporter un point de vue complémentaire au champ de l’anthropologie des interactions humain-machine, qui prenne en compte les pratiques de conception. 

*

Becker Joffrey, « Designing anthropomorphic machines : An ethnography of design practices », Réseaux, 2020/2 (N° 220-221), p. 223-251

Abstract : Drawing on two case studies, this article examines the interrelations between the theoretical and technical approaches used in robotics to design relational interfaces. Investigating robotics engineers’ interest in biology and theatre, it examines the ways in which they attempt to facilitate humans’ relationships with robots. In particular, it focuses on a process of transference whereby robotics researchers integrate behaviours into their robots. It thus provides a complementary perspective to the anthropology of human-machine interactions that takes design practices into account.

URL : https://www.cairn.info/revue-reseaux-2020-2-page-223.htm

lundi 27 avril 2020

Ethnographies des Agents Conversationnels , Réseaux n° 220, mai-juin (à paraître)



ETHNOGRAPHIES DES AGENTS CONVERSATIONNELS
Coordonné par Marc Relieu & Julia Velkovska

Assistants vocaux, chatbots textuels, robots humanoïdes : la diffusion croissante d’agents conversationnels dans la société fascine, effraye, soulève des questionnements d’ordre philosophique, éthique, juridique, technique, politique et moral. Présents à travers une diversité d’artefacts, ces agencements technologiques sont capables de produire des paroles ou bien des écrits pendant des interactions avec des humains et de simuler des compétences humaines, des rôles sociaux ou encore des formes de relations sociales. Depuis le milieu des années 2000, nous assistons ainsi pour la première fois à des rencontres inédites « grandeur nature » entre des formes de l’intelligence artificielle conversationnelle et des utilisateurs ordinaires dans leur vie quotidienne, en dehors des murs des laboratoires. Les agents conversationnels ont d’abord rejoint les rangs des produits offerts par les plus importants acteurs du numérique : Google, Microsoft, Apple ou Amazon proposent des enceintes connectées pour l’environnement domestique capables d’interagir vocalement avec les utilisateurs. Mais ces agents ne sont que le fer de lance d’un marché plus vaste, qui comprend également les robots conversationnels textuels (chatbots) prenant en charge différentes interactions de service et les robots humanoïdes. Utilisés massivement dans l’assistance technique et commerciale, les chatbots peuvent par exemple accuser réception d’une requête d’un client, repérer le problème posé et rechercher la solution dans des bases de données. Si les services rendus par ces robots conversationnels les rapprochent d’autres applications web, ils s’en distinguent néanmoins par l’utilisation du langage naturel. Enfin, venant s'incarner dans des organismes artificiels matérialisés – les robots humanoïdes – les agents conversationnels se sont enrichis de modalités diverses, par exemple les pointeurs ou les possibilités de mouvement permettant de désigner un objet dans l'environnement ou encore la capacité à détecter la présence de personnes, de reconnaître des émotions et d’exprimer des simulacres émotionnels. Aujourd’hui, les premiers robots d'accueil ou d'assistance fabriqués par cette nouvelle informatique « affective » commencent à passer les limites des laboratoires pour entrer dans les musées ou les situations commerciales. Comment penser les conséquences sociales d’une telle diversité à la fois de formes technologiques et des situations sociales dans lesquelles l’IA conversationnelle vient s’inscrire ? C’est ce défi que le présent dossier de Réseaux se propose de commencer à relever en rassemblant un premier ensemble en français de travaux empiriques sur les interactions avec les agents intelligents. Comment interagit-on avec des agents artificiels ? Quelles relations les personnes développent-elles avec ces machines parlantes ? Quel sens et quelle place ces machines prennent-elles dans notre vie quotidienne ? Comment reconfigurent-elles nos activités à la maison, au travail, dans l’espace public ? Comment nous affectent-elles et quelles formes d’attachement peuvent-elles susciter ?

Les enquêtes réunies dans ce dossier de Réseaux montrent que la recherche en sciences sociales gagne à se saisir empiriquement – avec le regard ajusté aux pratiques propre aux démarches ethnographiques – de la diversité des contextes, des interactions, et des projets auxquels les trois principaux types d’agents conversationnels sont aujourd’hui associés. Pour penser la complexité des infrastructures technologiques associées à ces applications de l’IA et leurs conséquences sur notre vie en société ce numéro propose de s’appuyer sur les résultats d’enquêtes portant à la fois sur la conception, l’appropriation ou les interactions avec ces différents agents. Résolument empirique et descriptif, le parti pris de ce dossier est également pluraliste en accueillant une diversité de manières de faire des ethnographies de l’IA. Réunissant des travaux ancrés dans l’ethnométhodologie, l’analyse conversationnelle, la vidéo-ethnographie, la linguistique interactionnelle, la sociologie économique ou l’anthropologie sociale il témoigne de la fécondité des approches observationnelles pour prendre la mesure des transformations technologiques et sociales contemporaines à l’échelle des pratiques.

Les contributions :

« Pourquoi ethnographier les agents conversationnels ? »
– Par Marc Relieu et Julia Velkovska

« Tisser des liens : l’interaction sociale chez les agents conversationnels »
– Par Justine Cassell

« Les relations aux machines ‘conversationnelles’ : Vivre avec les assistants vocaux à la maison »
– Par Julia Velkovska et Moustafa Zouinar

« Une approche configurationnelle des leurres conversationnels »
– Par Marc Relieu, Merve Sahin et Aurélien Francillon

« Répondre aux questions d’un robot : dynamique de participation des groupes adultes-enfants dans les rencontres avec un robot-guide du musée »
– Par Karola Pitsch

« ‘Je dois y aller’. Analyses de séquences de clôtures entre humains et robots »
– Par Christian Licoppe et Nicolas Rollet 

« Construire la ‘compréhension’ d’une machine : une ethnographie de conception de deux chatbots commerciaux »
– Par Charlotte Esteban

« Concevoir des machines anthropomorphes. Ethnographie des pratiques de conception »
– Par Joffrey Becker

mercredi 26 juin 2019

Drôles d'objets - Appel à soumission


Drôles d'objets
Un nouvel art de faire
La Rochelle - du 7 au 9 avril 2020
en association avec le festival ZERO1

Robots, artefacts autonomes, objets connectés : comment concevoir et appréhender ces drôles d’objets qui renouvellent nos interactions avec les autres comme avec le monde ?

Nous sommes de plus en plus souvent invités à entrer en relation avec des robots ou des machines, que ce soit à des fins pratiques (thérapeutiques, professionnelles, scientifiques) ou ludiques.

Ce type de relation semble dépasser rapidement le simple usage fonctionnel, la réaction automatique et l’action mécanique, pour s’ouvrir à quelques interactions lors desquelles nous tentons d’interpréter le comportement de ces objets. Pourquoi et comment sommes-nous tentés d’interagir avec ces objets insolites qui s'animent, bougent et évoluent ? L'étude de ces objets intéresse des champs très divers des sciences, des arts et du design. Quelles méthodes adopter toutefois pour expérimenter, observer et analyser ces interactions ?

Robotique, IA, art et design, anthropologie, psychologie, philosophie, sciences du langage… Chaque domaine développe ses propres notions, outils, souvent dans des contextes pluridisciplinaires. Quelles réponses la philosophe peut-elle apporter au roboticien ? En quoi la psychologie peut se nourrir du travail de l'anthropologue ? Les artistes peuvent-ils contribuer à la sociolinguistique des interactions ?

L’objectif de cette conférence est de croiser les regards des disciplines et pratiques scientifiques sur ces nouveaux objets et les interactions qu’ils suscitent.

L'interdisciplinarité sera dans ce contexte pratiquée, expérimentée et discutée à partir de formes concrètes qu'elle prend et des tentatives (fructueuses ou non) qu'elle déploie. Ainsi, les discussions seront organisées sous forme de tables-rondes autour de trois grandes questions sur la thématique de l'interaction avec des objets animés:

Conception de l'objet : à quoi doit ressembler un objet animé ?
Comment conçoit-on un objet animé interactif ? Quels sont les paramètres, les caractéristiques et les propriétés de ces objets (forme, design, fonctionnalité) sur lesquels on peut jouer pour qu'un objet animé devienne un "partenaire" à nos yeux ? Quels sont les outils, les savoirs, les technologies que l'on peut mobiliser ? Dans quelle mesure le protocole expérimental influence-t-il et contraint-il la conception ?

Expérimentation et observation : comment concevoir une expérience ?
Comment bien comprendre ce qui se joue lors d’une interaction avec un objet animé ? Que peut-on mesurer, que peut-on évaluer, que peut-on observer ? Les approches qualitatives et quantitatives peuvent-elles se répondre, se nourrir, s'opposer ? Dans quelle mesure la temporalité de la confrontation influence-t-elle le résultat de l'expérimentation ? Dans quelle mesure l'observation en milieu naturel permet-elle de dépasser les limitations des expérimentations en laboratoire ?

Analyse : que retirons-nous de ces expériences ?
Comment interpréter les données issues d'expérimentations avec des objets animés? Quelle confiance accorder au témoignage des sujets? L'interprétation est-elle indépendante de toute évaluation éthique de l'interaction? Quels sont les modèles et les théories mobilisables ?

En outre, nous disposerons d'espaces de conception et d'expérimentation pour présenter les ateliers, démonstrations et installations sélectionnés, qui offriront des occasions de confronter les approches, d'affiner les questions et de prolonger les discussions.

Mots-clefs : arts/sciences, création, émotion, empathie, expérimentation, expression, intentionnalité, interaction, interdisciplinarité, interprétation, modèles, observation, perception, projection, robots

Soumissions & formats

Les soumissions, 5000 signes, espaces et bibliographies compris, devront être envoyées avant la fin octobre 2019. Elles devront préciser :
  • La thématique de la soumission (Conception de l'objet, Expérimentation et observation, Analyse)
  • La discipline de l'auteur
  • Le type de soumission (Présentation & table ronde, Atelier, Démonstration,  Installation, Poster)


Dates importantes

31 octobre 2019 : Date limite de soumission
15 janvier 2020  : Notification aux auteurs

Comité Scientifique

Frédéric Alexandre, Virginie André, Salvatore Anzalone, Valérie Aucouturier, Joffrey Becker, Samuel Bianchini, Yann Boniface, Amine Boumaza, Alain Dutech, Philippe Gaussier, Valéria Giardino, Emmanuel Grimaud, Emmanuelle Grangier, Xavier Hinaut, Diego Jarak, Florent Levillain, Ghiles Mostafaoui, Guillaume Nassau, Magalie Ochs, Pierre-Yves Oudeyer, Élisabeth Pacherie, Filipe Pais, Catherine Pelachaud, Alexandre Pitti, Christian Plantin, Manuel Rebuschi, Arnaud Revel, Nicolas Rougier, Lucile Sassatelli, Serge Tisseron, Frédéric Tordo , Julien Toulze, Natacha Vas-Deyres, Frédéric Verhaegen, Denis Vidal, Elisabetta Zibetti



jeudi 23 mai 2019

Anthropology Off Earth




ANTHROPOLOGY OFF EARTH
How Terrestrial Exploration and Scientific Imagination
Shape Our Relation to Outer Space and Extraterrestrial Life

4 June 2019
Collège de France
Salle 2
11, place Marcelin Berthelot
Paris 5e

5 June 2019
Observatoire de Paris
Salle du Conseil
77, Avenue Denfert-Rochereau
Paris 14e


Online registration required on: https://forms.gle/JchYSNiCUeDaPvty7


Organisers: Perig Pitrou (CNRS/Collège de France/Paris Sciences et Lettres University), Régis Ferrière (École Normale Supérieure/Paris Sciences et Lettres University & University of Arizona), Istvan Praet (University of Roehampton, London).

Organisers of the doctoral and post-doctoral session: Joffrey Becker (IRIS-OCAV/Paris Sciences et Lettres University), Elsa De Smet (IRIS-OCAV/Paris Sciences et Lettres University).

*

CONFERENCE PROGRAM

4 June 2019
Collège de France
Salle 2

Morning Session

9:30
Welcome

10am
Perig PITROU
LAS – IRIS-OCAV/Paris Sciences et Lettres University
Anthropology of Life, On Earth & Off Earth

10:40
Denis SIVKOV
Institute for Social Sciences / RANEPA Moscow
Space Exploration at Home: Amateur Cosmonautics in Contemporary Russia

11:20
Break

11:40
Aaron PARKHURST, David JEEVENDRAMPILLAI
University College London, NTNU
Making a Martian Feel at Home: Finding Humans on Mars Through Utopian Architecture

12:20
Roundtable
Familiarizing the Extraterrestial / Making our Planet Alien
Discussion led by
Istvan PRAET
University of Roehampton

1pm
Lunch Break

Afternoon Session

2:30
Elie DURING
Paris Nanterre University
Zero-G as Expanded Gravitational Experience
Scientific Imagination in Orbital Perspective

3:10
Istvan PRAET
University of Roehampton
The Ancient Earth as an Alien Planet
Astrobiological Models and the Installation of Discontinuities

3:50
Break

4:20
Luis CAMPOS
University of New Mexico
Soviet Astrobotany: Early Experiments in Earthly Analogues for Martian Life

5pm
Roundtable
New Ecologies
Discussion led by
Régis FERRIÈRE
ENS – UMI Iglobes

6pm
Cocktail Reception
Lunch Seminar College de France

*
5 June 2019
Observatoire de Paris
Salle du conseil

Keynote Session

9:30am
Welcome

9:45
Valerie OLSON
UC Irvine
Making Sense of Post-terrestrial Ecosystems

10:45
Break

11am
Lisa MESSERI
Yale University
Outer Space on Earth: Terrestrial Analogues for Imagining Other Worlds

12pm
General discussion
 Led by
Perig PITROU, Ludovic JULLIEN, Stéphane MAZEVET
LAS – IRIS-OCAV/Paris Sciences et Lettres University, SU – ENS/Paris Sciences et Lettres University, Observatoire de Paris/Paris Sciences et Lettres University

12:35
Lunch Break

Doctoral & Post Doctoral Session

2:15
Elsa DE SMET, Joffrey BECKER
IRIS-OCAV/Paris Sciences et Lettres University
Introduction

2:30
Tamara ALVAREZ
The New School for Social Research
The Moon as Nature

2:45
Benjamin POTHIER
Plymouth University / The Explorers Club
Astronauts On I.C.E: Lessons Learnt From Field Research During Analog Astronaut Trainings and Life Experiences in [I.C.E] Isolated, Confined and Extreme Environments

3pm
Gabriela RADULESCU
Humboldt University of Berlin / University of Iceland
The Outer Space Imaginary Shaped During the Cold War by the Soviet Project of Communication with Extraterrestrial Intelligence (CETI)

3:15
Julien WACQUEZ
EHESS Paris / CEFRES
How Does Science Fiction Literature Shape Scientific Imagination?

3:30
Break

3:45
Valentina MARCHESELLI
University of Milan, La Statale
Welcome to planet Mars: Analogy-making and space exploration

4pm
Meredith ROOT-BERNSTEIN
Instituto de Ecología y Biodiversidad, AgroParisTech, Center of Applied Ecology and Sustainability, Santiago, Chile
Things That Are Not Alive, But That May Be Alive, in A Certain Way

4:15
Siri LAMOUREAUX, James MERRON
Max Planck Institute, University of Basel
Ghana’s Radio Astronomy Observatory and the Scientific Imagination

4:30
Alexander TAYLOR
University of Cambridge
Space Weather Security in the Data Centre Industry

4:45
General Discussion
Led by
Istvan PRAET, Régis FERRIÈRE, Elsa DE SMET, Joffrey BECKER
University of Roehampton, ENS-UMI Iglobes, IRIS-OCAV/Paris Sciences et Lettres University

lundi 8 avril 2019

Faire exister les IA, robots, cyborgs : Un nouveau projet humaniste pour l'Europe ?


Journée d'étude
UCLouvain - LAAP
30 avril 2019
9h30-16h

Salle Jean Dabin
2 place Montesquieu
1348 Louvain-La-Neuve

Notre quotidien se peuple progressivement d’une faune tout à fait inédite composée d’entités techniques se déployant du corps au monde : prothèses, montres, vêtements, tablettes, véhicules, habitations... Ces technologies émergentes, auxquelles on prête désormais des capacités « anthropomorphiques » telles que l’intelligence et l’autonomie, modifient nos conceptions du monde et rendent de plus en plus poreuses les catégories héritées de la modernité comme celles de naturel/artificiel, sujet/objet, identité/altérité, etc. En outre, elles nourrissent chez certains la croyance en la possibilité d’altérer et de transformer le corps en un corps posthumain.

L’objectif de ce séminaire interdisciplinaire est d’interroger nos possibles attachements/détachements avec ces nouvelles entités dont le rôle et les performances semblent remettre en cause le modèle humaniste caractéristique de l’identité et de la culture européennes. Devenant intégralement constitutives de l’environnement des humains et médiatrices de leurs relations, il n’est désormais plus possible de considérer ces technologies comme de simples instruments ou des interfaces au service de l’humain. Comment dès lors les faire exister ? Quel statut reconnaitre aux intelligences artificielles, aux robots et aux cyborgs ? Et quelle place leur accorder dans la communauté ?

Avec :
Benoît HERMAN, PhD, Conception de systèmes robotisés d'assistance au geste médical, CREDEM, UClouvain
Nathalie GRANDJEAN, Philosophe, Maitre de conférences, Université de Namur
Joffrey BECKER, post-doctorant, LAS, Paris
Charles PENCE, Professeur de philosophie, UClouvain

https://uclouvain.be

Séminaire Francophone Interdisciplinaire d'Alzheimérologie


Rencontre avec des Auteurs : 
« ROBOTS ET AUTRES TECHNOLOGIES : 
prendre soin augmenté, prendre soin diminué ... » 

Sous la conduite de : Mireille TROUILLOUD, Psychologue 
Jérôme PELLISSIER, Écrivain, Docteur en Psychologie 
Louis PLOTON, Psychiatre 
Marion VILLEZ, Socio-anthropologue 
Pascal MENECIER, Gériatre 
Christian COTTA, Cadre infirmier supérieur 

Lundi 17 juin & mardi 18 juin 2019 
Centre International de Séjour (CISL) 
103 Bd des États-Unis à LYON 

Programme et inscriptions : http://bit.ly/2FqEaS9


dimanche 7 avril 2019

Robots - le livre de l'exposition

Qu’est-ce qu’un robot ? Comment fonctionne-t-il ? Quels sont les progrès de la recherche, les défis à relever, mais aussi les enjeux économiques et sociaux de la robotique au XXIe siècle ?
Aujourd’hui, alors que les robots investissent nos espaces publics et privés, il semble fondamental de comprendre leurs capacités techniques, de mieux cerner ce qu’ils peuvent nous apporter et d’en maîtriser les usages. En effet, les robots fascinent, mais nos représentations, issues de la littérature et du cinéma, relèvent souvent de l’imaginaire…
Cet album illustré accompagne l’exposition "Robots" présentée à la Cité des sciences et de l’industrie. Il est enrichi de vidéos, accessibles gratuitement en flashant les QR codes présentés au fil des pages.

Les auteurs
Jean-Paul Laumond est roboticien, directeur de recherche au CNRS, membre de l’Académie des sciences et de l’Académie des technologies. 
Denis Vidal est anthropologue, directeur de recherche à l'Institut de recherche pour le développement (IRD), enseignant associé : université de Paris, École des hautes études en sciences sociales (EHESS), musée du quai Branly, UCL (Louvain-la-Neuve). Il est notamment l’auteur de Aux frontières de l’humain. Dieux, figures de cire, robots et autres artefacts.

L’illustratrice
Anne-Lise Boutin est illustratrice pour la presse (Libération, Le Monde, The Guardian, The New York Times) et pour l’édition jeunesse et adulte. Ses illustrations à l'encre, en papiers découpés ou numériques, s'inspirent des arts populaires, comme les calaveras mexicaines, du merveilleux et de l'étrange.

48 pages au format 19,5 X 25 cm reliées sous couverture cartonnée. 
Éditions de la Cité des sciences et de l’industrie  
9,95 euros prix France 
ISBN 978-2-86842-197- 
Édition bilingue